Article

Zaga Bambo

Zaga Bambo, le rebelle conquérant

1020 views

Zaga Bambo, le « rebelle conquérant » s’est construit une carrière avec des tubes Afro Pop qui ont fait bouger l’Europe et l’Afrique. Sa musique est propice pour une ambiance lounge, tout en ayant assez de puissance pour chauffer les boîtes de nuit et les salles de concert. Sa capacité à s’adapter aux genres lui vient de son histoire et son parcours musical variés. Entre Bob Marley, King Mensah, Kalash avec un soupçon de Sean Paul ; Zaga vise de nouvelles audiences et collaborations aux Etats-Unis, en Amérique Latine et dans les caraïbes.

Qui est Zaga Bambo ?

Zaga Bambo est né et a grandi au Togo, il est d’origine Algero-togolaise. À l’âge de 7 ans, son père l’inscrit à l’école coranique ; là il est rapidement reconnu pour son talent de chanteur. Sans même le réaliser, Zaga s’entrainait pour une future carrière musicale. À l’âge de 12 ans, Zaga était devenu le muezzin de la mosquée qu’il fréquentait. Il exécutait chaque jour, les appels à la prière, 5 fois par jour, pendant 5 ans. Quand il eut 17 ans, il s’est mis à écouter de la musique Hip-Hop et du RnB. Dès lors, il se rend compte qu’il pourrait atteindre une nouvelle audience et aller au-delà de ce qu’il avait appris à la mosquée. À cette période, il visite une église locale et découvre des instruments de musique pour la première fois. Sans aucune formation formelle, Zaga Bambo, autodidacte, apprends à jouer à la guitare et au piano.

Un parcours controversé

Les premiers flirts de Zaga Bambo avec l’Afro Pop étaient des chansons d’amour, reflétant son adolescence juvénile, notamment « Moussenavivi ».

Avec la reconnaissance qu’il a eu en Afrique de l’ouest sous le nom de Demon Lassi, Zaga Bambo a commencé à développer des thèmes sur la justice sociale, portant ses messages de « rebelle conquérant » dans des chansons Afro Pop. Pour cela, il a été censuré au Togo ; les radios et télévisions ont cessé de diffuser sa musique entre 2011 et 2012. Pendant ce temps, il passe plusieurs mois dans la capitale de la musique ouest africaine, Abidjan, en Côte d’Ivoire, travaillant avec le célèbre arrangeur Bebi Philip et divers artistes ivoiriens avant de s’envoler pour la France en fin 2012.

Arrivé en France, Zaga Bambo a préféré arrêter la musique pour se concentrer sur sa famille. En 2016, poussé par sa passion pour la musique, il retourne en studio. Il enregistre 9 singles avec l’arrangeur basé à Paris, Annabeat. Prônant la diversité dans sa musique, Zaga commence à épouser des influences Latines. Il offre une musique nouvelle, une sorte de musique Afrolatine, Afro-Dance Hall.

Retour sous le feu des projecteurs

En 2017, Zaga retourne en Afrique de l’Ouest, reprenant là où il s’était arrêté à Abidjan 5 ans plus tôt. Ses fans attendaient sa réémergence. Son premier single, depuis 2012, « Mettez le piment » a fait parler de lui dans le continent. Cette chanson marque une rupture avec les thèmes de justice sociale qui lui ont valu une réputation controversée. « Mettez le piment » est accrocheur et dansant et se moque de la lutte des Africains en Europe qui luttent pour trouver du piment épicé au milieu des condiments fades. Dans la foulée de Mettez le piment, Zaga Bambo sort le 13 octobre, un nouveau single intitulé « Tassaba ». Il prévoit aussi de sortir un autre single « Ma chérie coco » avant la fin de l’année 2017.

Travaillant avec BBP Team Records, Zaga Bambo fait aussi parti de la collaboration One Shot avec Bebi Philip.

Sa musique

Zaga Bambo est en train de se reconstruire en faisant un come-back avec le plein de nouvelles musiques. Toujours considéré comme un peu rebelle, Zaga est également connu et admiré par d’autres artistes pour ses mélodies entraînantes. Un collaborateur instinctif, il n’est pas rare pour lui de marcher dans le studio BBP Team Records, et commencer à « Freestyler » avec qui que ce soit qui s’y trouve, et se retrouver avec un très bon nouveau son. Les messages de Zaga appartiennent à la scène mondiale, non seulement en raison de ses origines diverses, mais parce qu’il pousse les Africains à revendiquer leur place sur la scène culturelle mondiale. Avec une série de singles à succès et des performances à son actif en 2017, Zaga Bambo est prêt pour une plus grande étape en 2018.

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire