Article

O'music - Overcom Group

O’MUSIC : Un espoir pour la musique urbaine

243 views

Après Mavin Records (Nigéria) et Ambitiouz Entertainment (Afrique du Sud), The Muusique a décidé de se pencher sur un label qui fait son bonhomme de chemin en Côte D’Ivoire : O’Music. Si les deux premiers sont issus d’Afrique anglophone, le dernier lui est bien francophone.

O’music ? C’est quoi ?

Pour les fanatiques de musique urbaine, ce nom n’est pas nouveau ; vu que depuis environ deux ans, il s’est inscrit dans le top 3 en Côte d’Ivoire. O’music, c’est le label musical de la maison de communication OVERCOM GROUP  (Over Communication Group). Exerçant dans événementiel, le web, la publicité et la stratégie de communication ; l’entreprise a jugé utile de se lancer dans le Showbiz en se dotant d’une écurie d’artistes. Le moins qu’on puisse dire, si on s’en tient aux résultats actuels, c’est qu’elle n’a pas eu tort . Et oui, en un rien de temps les artistes de la « O’Family », comme ils se plaisent à se faire appeler, ont conquis le cœur de la jeunesse ivoirienne et même ouest-africaine.

Avec Overcom Group, la jeunesse est au pouvoir

Si O’music a misé sur un atout de taille, c’est bien la jeunesse. Et si l’équipe directive  d’Overcom Group est jeune, les artistes de sa branche musicale le sont tout autant. « Miser sur la jeunesse » est un des slogans récurrent d’une Côte d’Ivoire qui aspire à l’émergence. Et ça, le CEO l’a bien compris. De ALL BLACK , STELAIR en passant par NOUR  jusqu’à des noms moins ronflants de l’écurie comme RILEY BOB ou AYANE, la musique est essentiellement adressée à un auditoire jeune.




O’music rime avec diversité

Rap, RnB, Ragga, Afrobeat… pour ne citer que ces styles musicaux sont tous explorés par l’armada d’Overcom. Ce qui est assez normal dans la mesure où ce sont les genres musicaux les plus appréciés de la cible première.

O’music : Le meilleur se trouve à la maison

Une autre particularité par laquelle le label se démarque est que les productions sont en majorité conçues par l’artiste et ingénieur du son du label : Stelair.

Les chansons presque toutes enregistrées et confectionnées dans son studio. O’music, ce sont aussi des collaborations entre ses artistes : Nour & Stelair, All Black & Riley Bob… des mariages de sonorités diverses ; mais oh combien rendus compatibles par ses jeunes talents. Evidemment, on ne parle même pas de la communication autour des artistes également assurée par la firme.

Une année pour une ascension fulgurante

Ce qui est d’autant plus étonnant, c’est la rapidité avec laquelle O’music a réussi à positionner ses artistes sur la scène musicale ouest-africaine.  En effet, il n’a fallu d’une seule année (2016-2017) pour que ce nom retentisse dans le Showbiz ouest-africain.

Le titre qui a eu le mérite d’ouvrir la porte est bien évidemment « Génération Chilley » Stelair et les Kiff No Beat ; dont la vidéo avoisine les 2.000.000 (2 millions) de vues sur youtube.  C’est une hymne à la fête et à l’« entertainment » très appréciée des jeunes africains.

Pour continuer sur la lancée, une première tentative avec le titre « Mets ça à côté » de Nour n’avait certes pas forcément donné le résultat escompté mais il a eu le mérite de lui octroyer un public mineur avant que ce dernier n’explose avec « Champoupou » ; un autre hit qui s’inscrit dans la même veine que Génération Chilley.






À côté de ces deux succès, il y a eu la signature du groupe All Black, très apprécié du public ivoirien. Ce groupe a ajouté sa pierre à l’évolution du label. Depuis lors, le succès ne s’est pas fait attendre. Tous les titres que sort O’music finissent par devenir des tubes : Aladji, Trop Tard, Mon Numéro… Et cela est tout à fait normal quand on compte autant de talents dans ses rangs.

La suite ?

Certes, la route est encore très longue pour que Overcom Group par le bias de O’music se positionne durablement sur la scène internationale ; et concurrencent les plus grands du domaine. Mais, le moins qu’on puisse dire, c’est que c’est une aubaine pour de jeunes talents d’entamer une carrière musicale entourée d’une équipe et d’un staff qualifié. Le Hip Hop et le Rnb étaient presque morts en Côte d’Ivoire. La naissance d’un label qui s’atèle à faire de ses sonorités sa priorité est évidemment la bienvenue.

On ne peut que souhaiter bonne chance à une maison qui donne la possibilité aux plus jeunes de s’exprimer en musique : C’est un vrai espoir pour la musique urbaine et variée .

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire