Album Renaissance DJ Arafat

Renaissance de Dj Arafat: on l’a enfin écouté et…

194 views

Comme toujours, Arafat a su faire parler de lui. Son album « Renaissance » tant attendu sous le label Universal Music est enfin sorti le 28 décembre 2018 et a été le sujet à la une pendant plusieurs semaines dans l’industrie musicale ivoirienne. Les avis étaient partagés sur la toile. On avait d’un côté les chinois* et de l’autre côté les autres mélomanes qui se disaient déçus. Une carrière étant devenue un peu slow, Arafat faisait plus le buzz pour ses frasques que pour sa musique. Mais on peut le reconnaître, il a pu faire sortir des singles qui ont bien marché. On pense à Kpadoompo et à Dosabado.

Maintenant que les esprits se sont calmés, et que le sujet a été oublié ; The Muusique mets son casque pour écouter le fameux album et donner son avis.

L’avis général de The Muusique sur Renaissance : une promo qui a échouée, des collaborations parfois gaspillées, de belles productions musicales…

Le plus gros hit de cet album, qui aurait pu le lancer encore plus a été gaspillé. Il s’agit de Dosabado qui est sorti longtemps avant l’album. C’est un mauvais timing selon nous. On se demande presque si l’album ne manquait pas de substances ? Au point de rajouter des chansons sorties longtemps en avance et de faire des rééditions ? On se serait bien contenté d’un album de 8 titres au lieu de 13.

Côté lyrics, on ne vas pas se leurré. Arafat, dans ses textes, a toujours fait preuve d’un manque crucial de poésie. Il a choisi d’être cru, faisant fi de l’élégance de la subtilité et de l’éloquence. Beaucoup diront : “après tout, ce n’est que du coupé décalé. Si tu veux du texte, va écouter Mike Brant”. Cependant, les productions musicales de ses chansons sont réussies. On assiste à un beau mélange de Trap et de coupé décalé. 

Titre par titre

Lèbèdè 2

On se rappelle de son titre Lèbèdè sorti en 2010. Cette chanson avait fait danser plus d’uns. Sur Renaissance, Arafat sort la version 2.0 de Lèbèdè. Il faut l’avouer, la production musicale est très appréciable et au goût du jour. C’est sur de l’afrobeat actuel que Arafat pose sa voix doublée voire triplée par ses soins. On ne peut s’empêcher de remuer la tête. C’est l’une des chansons qu’on apprécie sur l’album et qui aurait bien mérité un clip et une promo. C’est le genre de chanson qui passerait bien à la radio.

Jonathan Acte 2 feat Maître Gims

Sur cette chanson, Arafat collabore avec Maître Gims. C’est une collaboration gâchée. On se dit forcément que ces deux-là auraient pu faire un hit de malade ; un tube au succès de “sapé comme jamais”. Pourtant, Arafat qui est censé renaître, nous ramène au passé avec du “grikata pan-pan”. Peut-être que re-chanter ce titre devrait être vu comme l’hommage à ses débuts sur son premier album avec un major. Cependant, l’on s’en serait bien passé.

Ventripotent feat Naza

Les premières minutes de cette chanson sont assez intéressantes. Cependant, la chanson finie par devenir lassante et on a l’impression qu’elle s’éternise malgré les variations faites pour tuer la monotonie. C’est le genre de chanson qu’on zappe comme à la télé au bout d’une minute. C’est dommage !

Enfant Béni

Cette chanson était sortie en septembre 2017 ; disons plus d’un an avant la sortie de l’album. C’est une belle chanson d’autant plus qu’Arafat chante et passe un message clair. Racontant ses difficultés, il motive et incite les auditeurs à rester fort. 

Tapis Vélo

Encore un intitulé qu’on a déjà entendu. Ce serait la version « Afro décalée » du Tapis Vélo sorti en 2017 qui avait bien fait danser les foules. C’est une chanson correcte mais il faut qu’on soit honnête. Le rap a du mal avec Arafat. Quand il s’essaie aux punchlines, on l’entend dire : 

« Petit tu parles dans mon dos, j’ai brisé ta carrière comme un chameau »

Veut-il faire référence à l’expression « la paille qui brise le dos du chameau » ? qui a tout simplement le même sens que « la goutte d’eau qui fait déborder le vase » ? On a l’impression qu’il se contente juste de créer des rimes. Ce serait bien qu’il consulte de temps en temps des lyricistes qui l’aideront à pondre des punchlines dignes de ce nom ; qu’il écoute du bon rap pour essayer de se rapprocher de cet objectif qu’il a de devenir polyvalent.

Qui est khôrô ? feat Niska

Sur cette chanson, on peut en revanche apprécier la performance d’Arafat pour son flow. On a certes du mal à donner un sens pertinent à ce qu’il raconte, mais on ne peut nier qu’il a plutôt brillé sur cette chanson, comparé à Tapis Vélo. Il a dû vraiment être « vénère comme jamais ». De plus, on aime beaucoup l’instrumental de cette chanson ; des sonorités afrobeat qui se mélangent à de la trap hardcore.

Jardin d’atalaku

Enfin des « roukasskass » comme on a l’habitude d’entendre. C’est presque rassurant de tomber sur cette chanson en suivant le déroulement de la playlist de l’album; même si c’est loin d’être à la hauteur de “Djessimidjéka”. On retrouve Arafat dans ses atalakus et on esquisse quelques pas de danses pendant deux minutes vingt-neuf.

Margela

Non, on zappe !

Tchagga feat Tenor

Visiblement, si Arafat doit faire du rap, c’est bien du hardcore (à prendre tout de même avec des pincettes). On a l’impression qu’il est dans son élément ; du coup il a beaucoup moins de mal à briller. Après tout, ce genre colle bien à sa personnalité : cru et désinvolte… même s’il a été un peu fumé par Ténor. On acclame l’intervention de Ténor sur cette chanson. Sa dextérité et son dynamisme apportent un gros plus à la chanson. On peut même dire que c’est la meilleure collaboration et la meilleure chanson de cet album. Attention, le texte est très explicite. N’écoutez pas cette chanson avec des enfants.

Dosabado

Cette chanson est une tuerie ! C’est dommage qu’elle n’ait pas été utilisée pour faire la promotion de cet album. Cette ambiance électro mélangée au coupé décalé fonctionne parfaitement. Cette chanson change de ce qu’on a l’habitude d’écouter et est assez entrainante.

Biloko feat Fally Ipupa

Sur cette chanson, c’est plutôt Fally qui prend le lead et fait quasiment toute la chanson. C’est une autre chanson qu’on a apprécié sur l’album.

Décapiter

On zappe aussi.

Fracasser

C’est un peu la trap de trop ! Cependant, il faut l’avouer, l’instrumentale de cette chanson est un délice.

Finalement…

Finalement, après avoir écouté avec du recul l’album Renaissance de Arafat a ses potentiels. Même si certaines ressources ont fortement été gaspillées, on peut apprécier des chansons telles que : Lèbèdè 2, Qui est Khôrô, Tchagga, Dosabado et Biloko. Les productions musicales de cet album sont en général assez originales et réussies. Même si on sent un bon potentiel dans le genre hardcore, Arafat aurait pu prendre son temps pour peaufiner son rap (le temps qu’il faut). Quelques titres en moins, on aurait encore mieux apprécié l’album… pour le moment, ce n’est pas très fameux.

Cependant, on reste d’accord que l’artiste part en laissant derrière lui un héritage artistique hors du commun. Qui pourra donc prendre la relève du King du Coupé-décalé ? Affaire à suivre…

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.