Inna Modja - Biographie sur The Muusique

Inna Modja : Sa musique, son engagement

86 views

Inna Modja de son vrai nom Inna Bocoum, est une chanteuse malienne née le 19 mai 1981 à Bamako, au Mali. Elle est aussi mannequin et actrice. C’est une femme engagée qui ne rate aucune occasion pour s’exprimer sur les causes qui lui tiennent à cœur. Sa musique respire le groove et possède quelque chose de classe et moderne à la fois. Découvrez la sur The Muusique ! 

Qui est Inna Modja ?

Inna Modja est la sixième d’une fratrie de 7 enfants. Elle est née le 19 Mai 1981 à Bamako au Mali, d’une famille Peulh.  Pleine d’énergie, c’est une enfant têtue et casse-pieds. Sa mère la surnomme alors « Modja », qui veut dire « mauvais ou pas bien » en peulh.

À l’âge de six ans, ses parents l’inscrivent dans une chorale. Son père surtout, l’encourage à continuer et à progresser dans cet art. Il la berce avec du bon blues et du bon jazz (Ray Charles, Ella Fitzgerald, Otis Redding…). Cependant, c’est grâce au célèbre chanteur et musicien malien Salif Kéita qu’elle peut voir clairement devant elle, une carrière dans la musique.

En effet, Salif Kéita a joué un rôle de mentor pour Inna. C’est avec lui qu’elle a fait ses débuts. Elle n’avait que 15 ans quand celui-ci l’intègre dans le Rail Band, un groupe de swingueurs jouant au Bossa Nova et au Jazz. Elle apprend là, avec des seniors de la musique africaine tels que : Tidiani Koné, Mory Kanté… et fait ses premiers pas sur scène.

Inna Modja en concert

Sa musique

La carrière de Inna Modja décolle réellement en France. À l’occasion de la Fête de la musique, en 2009, elle partage la scène avec le célèbre chanteur américain Jason Mraz. Show diffusé sur France 2, la France et le monde entier la regarde ; ce qui lui donne une belle visibilité. Dans cette même période, elle assure également une première partie pour le chanteur français Yanis (anciennement appelé Sliimy). Ces scènes l’aident à préparer la sortie de son single « Mister H », extrait de son premier album « Everyday is a new world ».

En 2011, Inna Modja revient sur scène avec un nouvel album, son deuxième intitulé : « Love Revolution ». Dans cet album figure l’un de ces plus grands succès, « French Cancan (Monsieur sainte nitouche) ». Le titre se classe numéro 1 au Top TV, numéro 5 au Top Radio et numéro 4 au Top 50 des singles, en France. Après ce succès, elle sort d’autres singles « La fille du Lido », « I am smiling » ; tous extraits de « Love Revolution ».

En 2015, elle fait un retour aux sources et sort Motel Bamako. C’est un voyage à 13 destinations et à thématiques montrant l’engagement de la chanteuse. Elle y a collaboré avec des artistes tels que Omou Sangaré, Baloji et Oxmo Puccino. Le titre qui marquera votre esprit est bien-sûr « Tombouctou ». Dans cette chanson, Inna Modja invite les femmes maliennes à se faire entendre, à « retirer le foulard devant leur bouche ». Parfait mélange entre Hip-Hop et Electro, elle s’essaie aussi au rap, montrant sa versatilité et sa polyvalence. Vous serez aussi séduits par « Diaraby » et « Water ».

La voix de Inna Modja, possède la douceur et la subtilité des chanteuses de Jazz. Ce qui n’étonne guerre, vu qu’elle a fait partie de l’école Rail Band. Elle chante en anglais, en français et en bambara. Sa musique est un cocktail de Blues, Funk, Hip-hop, Electro, Pop Rock et sonorités maliennes. Le tout sonne frais et coloré, respirant le groove et une certaine élégance ; le parfait reflet de son look qui a fait d’elle une icône de mode et de style.

L’excision et son engagement

Lorsqu’elle a quatre ans, Inna Modja est excisée – tout comme ses quatre sœurs – par une proche de la famille, et ce, à l’insu de ses parents. Son gynécologue lui rappelle ce fait lorsqu’elle a 18 ans.

« Je pensais que ‘ça’ ne se voyait pas. Mais, à 18 ans, une gynécologue m’a dit : ‘vous avez été excisée…’ Cette prise de conscience m’a fait l’effet d’une douche glacée. »

C’est un fardeau qui pèse sur elle dès lors, et elle se sent incomplète et moins femme. À 22 ans, elle subit une chirurgie réparatrice et peu enfin manger la vie à pleines dents.

« Je ne suis pas parfaite physiquement, mais si vous saviez la chance que c’est d’être ‘complète’… »

Depuis, Inna Modja est engagée dans la lutte contre l’excision. À l’occasion de la Journée mondiale contre l’excision, elle témoigne au siège des Nations Unies à New York. Elle donne aussi de mon temps à l’Amref, une ONG de santé publique formant les sages-femmes en Afrique. Par ailleurs, elle se sert aussi et surtout de sa musique pour sensibiliser et montrer son engagement envers la cause de la femme.

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.